En Prana Yoga, la transmission se voudrait rigoureusement   conforme  à la lettre et à l'esprit  des exigences originelles du  Yoga Sutra de Patanjali - comme un retour aux sources.


Pratiquer une posture en Prana Yoga (asana) ne nécessite pas d'être acrobate - loin de là.. 

Les souffles ou art de la respiration (pranayamas) n'ont rien à voir avec des performances pulmonaires - tout à l'inverse.
Développer son attention ou concentrations (dharanas) ne signifie pas un néant encéphalique - au contraire.

La séance de Prana Yoga  tient le plus compte des limites spécifiques de la Personne.
Elle  optimisera la portée thérapeutique de la pratique d'une personne bien portante améliorant son bien-être.
Elle diminuera  le mal être d'une personne parfois fragilisée par la dépendance temporaire ou définitive voire par la vieillesse.

L' ASSISE POSTURALE OU ASANA EN PRANA YOGA

"L' assise est ferme et confortable" (Y.S. II.46)
"Grâce à la relaxation dans l'effort ou l'identification avec" Ananta  " le yogin atteint la posture" (Y.S. II.47)
Nota
Ananta : aussi appelé le Serpent Shesha ou Reste
"C’est le serpent Shesha, dont le nom signifie "Reste". Il est appelé aussi Ananta, "Sans fin". Ce serpent symbolise la réserve d’être qui demeure une fois que les mondes avec leurs habitants ont été formés, extraits des eaux cosmiques primordiales. À ce titre il est aussi le point d’appui, la base sur laquelle repose le cosmos, ou la terre, qu’il soutient et entoure de ses anneaux innombrables "
(BnF, Le Serpent Reste)

Une seule et unqiue posture fut donc  préconisée par Patanjali à l' origine : ses qualités sont  la fermeté, le confort et la relaxation.



RESPIRATIONS PRANA YOGA

""Ou par l'expiration et la rétention du souffle [le yogin] gagne la stabilité du mental" (Y.S. I. 34)

"Ladite [posture] étant acquise, le yogin pratique le pranayama 'protraction du souffle' ; c 'est l'interruption du cours de l'inspiration et de l'expiration" (Y.S. II.49)
"Ce pranayama 'protraction du souffle' est externe, interne ou à actiité suspendue ; il est contrôlé quant au lieu, au temps et au nombre ; il est long et subtil) (Y.S II.50)
"Le quatrième pranayama transcende les domaines externe ou interne" (Y.S. II.51)

Prana - yama (restriction du Souffle) est le passage nécessaire pour Prana-ayama (aller vers Prana)

Pranayamas

Inspiration et expiration volontaires en conscience avec ou non des rétentions interne ou externe du Souffle .

"Un Pranayama peut contenir des rétentions , soit après l'inspiration (appelée Antah Kumbhaka), soit après l'expiration (appelée Bahya Kumbhaka) "
(T.K. Sribashyam, Emergence du Yoga, Glossaire pp. 247 et 262).

Prana ayama

Le Kumbhaka spontané "automatique et non- volontaire"
La pratique de la rétention ou Kumbhaka  est  "le nom traditionnel pour désigner pranayama. Rétention entre deux phases de la respiration"
(T.K. Sribashyam, Emergence du Yoga, Glossaire pp. 247 et 262).
T. K Sribhashyam est à mon sens le seul maître de yoga à avoir parfaitement décrit en mots justes   la réalité de cette suspension  "automatique et non volontaire " du souffle que seuls connaissent celles et ceux qui l'ont expérimentée.
"Dans le Pranayama, on inspire volontairement et on expire volontairement. Kumbhaka : ce n'est pas le silence, c'est une extention.
Dans ce mouvement volontaire, si on égalise l'inspiration et l'expiration, on comprend comment saisir la transition.
Entre les deux, il y a un temps qui s'allonge. Cette pratique nous permet de saisir le moment où il n'y a ni inspiration ni expiration. C'est automatique et non volontaire." (T.K. Sribashyam, op. cit, p. 258)

L'on découvrira alors, le non-mouvement entre deux mouvements  ... 

CONCENTRATIONS PRANA YOGA

"Alors [le stade du  quatrième pranayama étant acquis] " s' affaiblit le voile couvrant la lumière" (Y.S. II.52)
"Et le mental est [rendu] apte aux fixations" (Y.S. II.53)


MISE AU REPOS DU MENTAL PATANJALAYOGA

"Yogas chitta vrtti nirodhah" 
(Patanjali, Yoga Sutra I.2)

Le Yoga est l' arrêt des fluctuations du Mental
ou bien
le Yoga est la restriction des fluctuations du Mental

Une fluctuation psychique spécifique d'arrêt du Mental présente dans toutes les activités de la Psyché
En effet, "le mot yoga est dérivé de la racine YUG-, celle qui signifie reposer, arrêter et il signifie mise au repos."
(Le Yoga-Sutra de Patanjali / Le Yoga-Bhasya de Vyasa, Samadhipada : I.1  pages 237-246, Michel Angot, coll. Indika, Les Belles Lettres, Paris, 2012 dont sont issues toutes les traductions proposées ici du Yoga Sutra).
Glose de Vijnana Bhiksu : " Et ce Yoga est une propriété de tous les niveaux de fonctionnement du Mental"
Michel Angot note : "L'idée est que l'arrêt du mental n'est pas une mise à l'arrêt de ce mental , mais une propriété qui lui est inhérente. Ce fait s'avère décisif à partir du moment où l'homme doit maintenir une expérience d' arrêt : la fluctuation du mental 'viksipta' distrait ou 'ekagra' focalisé n'empêche pas le maintien du mental 'nirroddha' [arrêté]. En somme le Mental possède plusieurs propriétés dont celle d'arrêt se manifeste simultanément avec chacune des autres".

Cela correspond à mon expérience du  Samadhi cognitif durant lequel  la pure 'Je suis -tée" absolument  silencieuse  et radicalement non-pensante  percevait  distinctement  les activités du mental  sans pour autant s'y identifier.


POSTURES STATIQUES OU DYNAMIQUES EN  PRANAYOGA

Rappel :
"L'assise est ferme et confortable" (Y.S. II.46)
Asana = assise/posture.
"Etymologiquement, asana peut aussi désigner le lieu sur lequel on s'asseoit, , c'est à dire le lieu sur lequel on s'installe, un siège.  Le yoga postural était déjà développé au temps de Vyasa (c'est moins sûr au temps de Patanjali) et c'est dans cette direction que Vyasa a expliqué le Sutra  (d'où la différence de traduction du sutra (assise/posture)".
(Michel Angot, Le Yoga-Sutra de Patanjali / Le Yoga-Bhasya de Vyasa, Commentaire de Vijnana Bhiksu : p. 513, op. cit.)



C'est ici que le sadhaka coutumier des séances du yoga des postures risque d'être décontenancé.
La progression en Prana Yoga est :
Une seule ASANA de base tenue confortablement avec fermeté donnant accès à  Pranayama/Prana-ayama/ Pratyahara avec Samyama (dharana/dhyana/samadhi).

Les  postures autres que l'  asana de base,  qu 'elles soient statiques ou dynamiques, ne se pratiquent qu' une fois atteint le stade de prana- ayama avec aptitude à  dharana.

En Prana Yoga, les  postures, statiques ou dynamiques, pratiquées séparément ou en séries d'enchaînement,  les asanas debout, assis,  couché ne pourront être pratiquées avec fruits sans :

  •  une maitrise antérieure des souffles et des rétentions (pranayamas)  
  • une bonne  concentration de la vigilance (dharana)
  • une capacité certaine  de relâchement de l'effort, lâchez-prise et accueil (asanas)